La Transat anglaise est la course océanique historique de l’hémisphère Nord. Elle se court tous les quatre ans. Successivement baptisée «Ostar», «C-Star», «Europe 1-Star» puis «Europe 1-New Man Star», elle devient «The Transat» en 2004 et est finalement rebaptisée «l’Artemis Transat» lors de la dernière édition, en 2008.

• Elle se dispute en solitaire, d’Angleterre aux Etats-Unis – donc souvent contre le vent des dépressions atlantiques.
• C’est un sprint d’environ huit jours.
• Elle a toujours été un excellent «laboratoire».
• Elle est si difficile qu’elle n’a consacré que des marins de légende.

Les pays
Tous les grands pays investis dans la course océanique s’y sont alignés : Grande-Bretagne, France, Etats-Unis… Mais la Transat anglaise reste, depuis 1960, le match France-Angleterre de la course au large en solitaire (l’Américain Phil Weld restant l’exception de 1980).

Les bateaux
Longtemps libres, puis limités à 60 pieds. Aujourd’hui : monocoques de 60 pieds IMOCA et multicoques de 60 pieds ORMA (au sort encore incertain aujourd’hui).


PRB, 60 pieds IMOCA génération Vendée Globe 2000, mené par Michel Desjoyeaux.
© François Chevalier.

Quelques chiffres pour caractériser la Transat anglaise :
• 12 éditions depuis 1960.
• 5 partants en 1960, victoire de Chichester sur Gipsy Moth III.
• 15 partants en 1964 (dont un multicoque), victoire de Tabarly sur Pen Duick II.
• 35 partants en 1968, dont 13 multicoques, début du routage et victoire de Gœffrey Williams sur le monocoque Sir Thomas Lipton. Eric Tabarly, sur son trimaran Pen Duick IV, doit abandonner.
• 55 partants en 1972, éclatante démonstration des multicoques et victoire d’Alain Colas sur Manureva (ex-Pen Duick IV).
• 125 bateaux en 1976 et seconde victoire historique de Tabarly, cette foi sur Pen Duick VI.
• 90 bateaux en 1980, victoire du vétéran américain Phil Weld sur le trimaran Moxie.
• 91 bateaux en 1984, retour des Français, chavirage de Jeantot et victoire d’Yvon Fauconnier.
• 95 partants en 1988 et victoire de Philippe Poupon.
• 67 partants en 1992, course entièrement dominée par les Français et première victoire de Loïck Peyron.
• 55 partants en 1996, chavirage de Joyon et seconde victoire pour Loïck Peyron.
• 29 partants en 2000, et revanche de Francis Joyon qui l’emporte avec brio.
• 37 partants en 2004 avec une fantastique victoire de Michel Desjoyeaux sur son trimaran Géant. Après une victoire dans le Vendée Globe et une victoire dans la Route du Rhum, «Mich’Desj’» devient le solitaire le plus titré de l’histoire.
• 24 partants en 2008 et troisième victoire de Loïck Peyron – un record !

Une course qui a marqué de nombreux solitaires – mais où se distingue une domination française très franche avec neuf victoires sur douze éditions.